fbpx

WEB MAGAZINE PRESQU'ÎLE DE GUÉRANDE - TÉLÉPHONE : 02 51 10 66 45

mercredi 26 janvier 2022

Comment fonctionne la Biopile ?

La Biopile La Baule, Guérande, Pornichet, Saint Nazaire…

« Aujourd’hui, tout est Bio… Les tomates, le carburant, la lessive, le pain, le coton, le shampooing, le vin, la peinture… et jusqu’au bitume de nos routes, sans oublier les pneus qui le caresse. On se demande quel produit de consommation peut encore échapper à l’estampillage Bio.

Tiens, nous n’avons pas parlé des piles ! Deviendraient-elles « Bio », elles aussi ? Les piles succomberaient-elles à leur tour aux charmes des sirènes du vert marketing ?

Pas du tout car la Biopile, c’est du sérieux. En somme, c’est uniquement pour cette raison que Rézo-News s’est intéressé à la question. »

Une innovation « Made In France »

L’idée n’est pas si nouvelle mais revient aujourd’hui en force. En fait, tout a commencé à l’université Joseph-Fourier de Grenoble, en 2010. Une équipe de scientifiques dirigée par Philippe Cinquin, médecin et mathématicien ainsi que Serge Cosnier, bio-électrochimiste, développe une Biopile enzymatique  implantable, fonctionnant avec l’oxygène contenu dans le sang et le glucose. Cette innovation,100% naturelle, pourrait devenir dans un proche avenir,  une source d’énergie suffisante et… surtout inépuisable pour alimenter, à titre d’exemple, un implant cardiaque.

Ce procédé très prometteur reste encore aujourd’hui expérimental mais constitue une avancée extrêmement sérieuse dans le domaine médical.

La biopile La Baule Guérande Pornichet Saint NazaireEn 2021, la jeune start-up BeFC, elle aussi grenobloise, reprend le concept de la Biopile mais cette fois dans le but d’alimenter des dispositifs de basse puissance et à usage unique. Il faut souligner que ce type d’appareils se développe principalement dans le domaine médical (ex : test de grossesse ou pompe à insuline). On ne peut que se féliciter de cette belle évolution car aujourd’hui, le recyclage de ces petits équipements électriques pose un réel problème et reste toujours néfaste pour l’environnement.

En d’autres termes…

L’application de la Biopile serait donc la bienvenue pour alimenter de petits dispositifs électroniques à usage unique voire connectés, dans les métiers de la logistique, à titre d’exemple.

Comment fonctionne la Biopile ?

La biopile La Baule Guérande Pornichet Saint NazaireLe procédé présente différents composants : une anode, une cathode et un séparateur. La Biopile est enzymatique. Le catalyseur métallique habituellement employé est ici remplacé par un procédé d’oxydoréductase. C’est un enzyme produisant une réaction oxydoréduction entre l’oxygène et le glucose.

Ainsi, la finalité est de réaliser l’oxydation du « combustible » (le glucose)  avec le « carburant » (le dioxygène). L’oxydation du glucose produit des électrons et ces derniers contribuent à une réduction de l’oxygène pour le transformer en eau. Cette réaction provoque un déplacement des électrons et donc… un courant. Même de faible puissance (quelques milliwatts), son stockage est suffisant pour assurer le fonctionnement de la Biopile.

Attachée aux valeurs des véritables innovations liées à l’environnement, l’équipe Rézo-News donnera rendez-vous prochainement à ses lecteurs, pour faire un nouveau point concernant les avancées significatives sur les applications de la prometteuse Biopile !

ARTICLES SIMILAIRES

spot_img

A DÉCOUVRIR

You cannot copy content of this page